Coexistences chancelantes

coexistences-chancelantes

« La vie parallèle »

J’observe les hommes et les femmes qui m’entourent et m’intéresse aux relations qui s’établissent, ou pas, entre eux. Je suis en particulier toujours étonnée par le fait que ces hommes et ces femmes semblent exister les uns parallèlement aux autres plutôt que dans un même espace-temps. C’est dans cet esprit que je souhaite montrer qu’il existe toujours des liens entre ces gens, malgré l’absence de relation entre eux.

« Fil conducteur »

C’est assez naturellement, au travers de cette idée que je me suis intéressée à la mise en œuvre du fil dans ma recherche plastique. Dans un premiers temps, le fil suggère de façon évidente la notion de lien exposée précédemment. Mais dans un second temps, il autorise les constructions plastiques, symbolisant la structure sous-jacente des relations entre les hommes. Au plan plastique, enfin, le fil me paraît être le support prometteur pour projeter mon travail, habituellement en deux ou trois dimensions, vers l’espace à deux dimensions et demi. Egalement, mes fils peuvent avoir tour à tour une consonance positive ou négative. Ce sont tantôt des fils qui rapprochent, tantôt des fils (en réalité des nappes de fils) qui éloignent ou qui séparent.

« Point de rencontre »

L’idée de coexistence et la technique du fil trouvent leur application concrète dans l’image du point de rencontre. Point de rencontre géographique lorsque l’abri bus, la cabine téléphonique ou le quai de métro deviennent les lieux privilégiés de notre société en miniature. Point de rencontre temporel lorsque nos civilisations, sociétés et modes de vie structurent nos relations interpersonnelles de façon invisible. Je vois dans ces points de rencontre, des hommes et des femmes qui attendent sans s’attendre aux autres. L’apparente harmonie du paysage urbain et de la vie en société masque la disparité du lien social. Dans mon travail, je veux mettre en scène ces lieux de coexistence aveugle pour qu’ils deviennent des instants de partage conscient.

Tottering Coexistences

Parallel Lives

I watch men and women around me and take interest in relationships they establish, or not. I am always surprised by the fact that these people seem to live in parallel worlds and not in the same place at the same time. With this is mind, I would like to show that it always exists links between people, despite lack of interactions between them.

Unifying Thread

It’s rather naturally that I have been interested in using thread during my work. First of all, the thread suggests in an obvious way the idea of links. Then, it allows modelling constructions, symbolizing the implicit structure of human relationships. Eventually, from the point of view of modelling, the thread seems to be the promising support to transfer my work, usually in two or three dimensions, towards a two and a half dimension space. My wires can also have, turn by turn, a positive or a negative aspect. Sometimes, they are threads that bring closer. Sometimes, they are threads (in fact sheets of threads) that move or take away.

Meeting Point

The idea of coexistence and the thread technique find their whole application in the representation of the meeting point. Geografical meeting point when the bus shelter, the phone box or the metropolitan platform become privileged places representative of our society. Temporal meeting point when our civilization, society and way of life obviously structure our personal relationships. I see in these meeting points, men and women who are waiting without expecting other people. The fake harmony of the urban landscape and the life in society are hiding our communication problem. In my work, I want to stage these places of blind coexistences for them to become moments when we fully share with each other.

facebookgoogle_plus